Festival des Canotiers

Edito

Accueil > Festival des Canotiers > Edition 2017 > Edito

Pour sa Xe édition et après avoir égrainé au fil des années des thèmes croisés chers à l’histoire du quartier de Ménilmontant, de ses habitants, de ses acteurs sociaux et culturels ainsi que de ses artistes d’horizons variés, le Festival des Canotiers célèbre cette année l’arrivée des beaux jours par une thématique cinématographique et artistique recentrée sur ces couleurs qu’il a fièrement représentées une décennie durant.

Car l’histoire de cet Est parisien est peu banale.

De ses poètes de l’argot debout sur les tables du Théâtre des Amandiers et se déclarant fièrement ennemis de la féodalité du capitalisme, aux chansonniers réalistes illustrant le quotidien sans issue et souvent noir d’une classe populaire, à l’arrivée en terre d’exil haussmannienne, ouvrière et artisanale, de familles du Maghreb déracinées par l’horreur d’une guerre sale, un tissage humain et culturel y est né avec le temps. Bien souvent refuge d’étudiants désargentés, de peintres de rues ou d’ateliers-frigo, de musiciens méconnus, de squats rassembleurs menant bataille pour conserver l’authenticité d’expressions loin d’une chirurgie négociatrice d’un Paris qui "s’esthétise".

Ce sont les commerçants et cafetiers à l’ancienne qui maintiennent un équilibre en ces lieux.

Et contre toute attente, au tournant du siècle, une association à but culturel voit le jour sous leurs signatures. En 2007, un premier festival tient les promesses fragiles d’une volonté à affirmer cette multiculturalité à travers un cinéma d’une époque d’antan où chacun peut y reconnaitre les étapes d’une vie : un accent, un amour qui nait et se fane, des rires d’enfants glissant sur les pavés dans des caisses à savon, des commères chuchotant sur un pas-de-porte, des drames bourgeois à l’abri des regards, l’évolution des robes tout autant que des mœurs, un réfrigérateur remplaçant les lourds pains de glaces hissés au haut des rues... une société racine de la notre, que nous croyons noire et blanche quand la notre est couleur. Cette malle que l’on ouvre pour en admirer les trésors se voit bientôt accompagnée par les musiciens avoisinant venus bien naturellement en faire raisonner les arceaux de bois et le cuir clouté des jointures.
Et peintres et sculpteurs, et grapheurs de pensées, poètes et coloristes masquant le nouveau béton, célébrités attirées par tant de vérités simples, tout un monde tendu vers le même intérêt : garder la mémoire d’un des derniers bastions où il fait bon respirer.

D.L.

Edition 2017

Des images de l’édition 2017

Photos de Pierre et de Chloé

Edition 2017

Le Mô du Président

Cinématons ronchonchons, musiques maestriques, et aux arts...

Edition 2017

Le programme

Lundi 5 juin

Repas de soutien à l’association Ménil Mon Temps et projection d’un documentaire (20mn) de Jean-Paul Miotto sur le Gala des artistes de Ménilmontant (déc. 16) à la Cantine des Maronites.
A partir de 19h

Mardi 6 juin

Vernissage général des expositions
Animation musicale avec Da Capo
A partir de 20h

Du 7 au 10, concerts et projections en plein air
Parvis de l’église, place Maurice Chevalier (...)

Edition 2017
Du lundi 5 juin au dimanche 11 juin 2017

Quelques mots...

Cette année nous fêtons la 10ème édition du festival, avec pour thème "Ménilmontant".

Du lundi 5 juin au dimanche 11 juin, repas de soutien, expositions, projections et concerts en plein air qui se dérouleront Place Maurice Chevalier sur le parvis de l’église Notre Dame de la Croix.
Les concerts débutent vers 20h30, les projections à la tombée du jour, vers 22h15.

Le dimanche 11 juin, nous invitons les artistes ayant participé aux précédentes éditions à un grand concert de clôture, de 16h à 20h, à l’International (...)

Projections
Mercredi 29 mai 2024 à 22h15

Rouge Ménilmontant (album de famille)

Si Rouge Ménilmontant (album de famille) est l’histoire collective d’un quartier populaire, c’est aussi le récit d’une histoire familiale dominée par la forte figure de la mère de Richard, Marcelle (...)

Projections
Jeudi 30 mai 2024 à 22h15

La belle verte

L’histoire débute sur une planète lointaine (la planète verte) habitée par une civilisation évoluée et égalitaire, vivant en parfaite harmonie avec la nature dans des paysages immaculés, et qui pratiquent certaines disciplines comme la télépathie (...)

Projections
Vendredi 31 mai 2024 à 22h15

La planète des singes

L’histoire suit le capitaine George Taylor (incarné par Charlton Heston), un astronaute qui amerrit sur une planète inconnue. Capturé par des singes évolués, il découvre que ceux-ci dominent la planète et ont réduit en esclavage les humains primitifs qui s’y trouvent (...)

Projections
Samedi 1er juin 2024 à 22h15

Idiocracy

Cette comédie satirique de science-fiction raconte l’histoire de deux personnes qui, après une hibernation de cinq siècles, se réveillent dans une société dystopique rongée par l’anti-intellectualisme, le mercantilisme, la surpopulation et la dégradation de l’environnement (...)

Concerts
Mercredi 29 mai 2024 à 20h15

Lise Cabaret

Une balade au cœur de la ville dans les hôtels, les bus, une histoire d’amour dans un bocal à moteur : des rythmes entrainants et la liberté comme propulseur où l’on perçoit humour et espièglerie dans les textes ciselés de Lise (...)

Concerts
Jeudi 30 mai 2024 à 20h15

David Lafore

David Lafore a beaucoup d’humour, noir, et s’amuse, encore, à tripoter de la guitare, des machines, et à tâter du texte pour camper, de l’intérieur, ses personnages qui ne tournent pas rond, se dissolvent dans l’autre et dans leur environnement.

Concerts
Vendredi 31 mai 2024 à 20h15

L’Étrangère

Mêlant influences rock et chanson française à textes, sa musique est à la croisée de Noir Désir et de Barbara, la relève de Damien Saez au féminin ! En quelques mots : DE LA CHANSON ROCK POÉTIQUE, SOMBRE ET ENGAGÉE...

Concerts
Samedi 1er juin 2024 à 20h15

Cyril Mokaiesh

On connaissait Cyril Mokaiesh, insurgé des barricades, révélé en 2011 avec la chanson Communiste. On lui savait cinq albums sous son nom, tout aussi magnétiques que le duo avec Bernard Lavilliers sur la broyeuse du capitalisme mondialisé (....)